AAC – Congrès de l’AFS 2021 – Lille (6-9 juillet)

Changer ?

Le titre du congrès de 2021 « Changer » nous invite à une interrogation épistémologique sur la scientificité de la sociologie et les fondements de la discipline, sur sa spécificité disciplinaire pour appréhender le changement dans nos sociétés. La sociologie n’est-elle pas parfois aux prises avec une forme de naturalisation, avec des évidences et des allants de soi qui s’écartent de sa vocation première, celle d’adopter une posture distanciée, d’avoir un regard critique et d’étonnement afin de comprendre et de rendre compte des faits et processus sociaux tels qu’ils se présentent. L’évènement de la Covid 19 de manière frontale et tangible, nous place face à des contextes de vie bouleversés : évènement majeur qui enlève tout repère aux individus générant bifurcations et ruptures dans les parcours de vie.

Ainsi, la sociologie des parcours vise à « mieux comprendre et analyser le déroulement des existences au fil du temps » (M. Bessin, 2009), en portant l’attention sur les processus temporels et relationnels à l’œuvre. Comme le rappelle en filigrane l’argumentaire du congrès, la sociologie des parcours de vie est attentive, peut-être plus qu’une autre, à la question du changement individuel et social, en ce qu’elle s’intéresse, d’un point de vue diachronique et synchronique, aux évènements, aux ruptures et bifurcations, au cours du cycle de vie, tout en interrogeant également les continuités dans les parcours. Les chercheur·es au sein du RT 22 portent l’attention aux transformations individuelles dans les parcours de vie que ce soit au sein de la sphère familiale, éducative, professionnelle, sanitaire, sociale… tout en interrogeant les dynamiques sociales à l’œuvre, en faisant varier les niveaux d’analyse. Ce congrès 2021 sera l’occasion de travailler plus spécifiquement les axes suivants :

1. Bifurcation, alternation, évènements dans les parcours

Les cours de la vie sont faits de tournants, d’arrêts, de ruptures, de bifurcations que la notion de parcours parvient à tenir et à appréhender. Ainsi de nombreux travaux ont insisté sur le poids des évènements biographiques qui font bifurquer le cours de la vie. Mais toute trajectoire comporte des ruptures socialement programmées ou non. De nombreuses ruptures sont souhaitées par les individus. Pour la plupart des individus, des dispositifs sociaux d’amortissement des ruptures existent, mais quand ils font défaut, ces ruptures deviennent des moments fatidiques. L’alternation renvoie à un processus de transformation radicale. Elle correspond, selon P. Berger et T. Luckmann (1966), à un processus de transformation « subjectivement perçu comme total » lorsque l’individu « change de monde ». La bifurcation appréhende également une transformation radicale. Bessin, Bidart et Grossetti (2009) définissent la bifurcation comme « un changement important et brutal dans l’orientation de la trajectoire, dont à la fois le moment et l’issue étaient imprévisibles, pour l’acteur comme pour le sociologue ». Elle se caractérise par un changement qui irradie l’ensemble des sphères de vie. Elle ouvre sur un bouleversement biographique majeur et irréversible (Négroni, 2005). Enfin, le concept de double transaction, développé par C. Dubar et S. Nicourd (2017), vise à prendre en compte les inflexions du parcours dans une double dimension diachronique (sur le temps long) et synchronique (le temps de la situation qui coexiste). Le concept de double transaction vise à articuler les transactions avec soi-même et avec les autruis significatifs.

Il s’agira de saisir les effets des événements biographiques sur la construction des parcours de vie à long terme, que donnent à comprendre les processus de bifurcation ou d’alternation en train de se faire, observés en situation. Une telle approche évite le piège de la tentation simplificatrice qui consiste à concevoir les événements passés et les points tournants qu’à partir des conséquences qu’ils semblent avoir eu, gommant par là même les aspérités et les frottements.

2. Des parcours de vie en contextes bouleversés

La sociologie du parcours de vie se doit de prendre en considération tout à la fois les contextes sociaux des narrations mais également les contextes sociaux et historiques dans lesquels ils se sont construits. Mais comment saisir alors l’articulation entre « les dynamiques individuelles » et « les contextes socio-historiques (Demazière et Samuel, 2010) ? Quels niveaux et échelles d’analyse mobiliser – micro, méso ou macro – (Grossetti, 2006, 2021), et qu’apporte l’approche relationnelle (Cardon, 2021), pour saisir à la fois les effets de contextes et les évènements microsociologiques (collectif F.B., 2020) ?

Dès lors, en quoi les contextes historiques et sociaux aident-ils le ou la sociologue à comprendre et à donner du sens à ces parcours au-delà de leur expression narrative et subjective ? Et inversement, en quoi les parcours aident-t-ils le ou la sociologue à mieux comprendre et saisir les caractéristiques des contextes et des espaces historiques et sociaux ? En quoi cette double manière de mobiliser les parcours représente-t-elle un outil d’objectivation du social ?

3. Quelles approches pour une sociologie renouvelée ?

Les chercheur·es au sein du RT sont attentifs au sens donné par les acteurs à leurs actions et à leur réflexivité, et ont été fortement impliqué·es dans les renouvellements épistémologiques, éthiques et méthodologiques actuels à l’œuvre dans la sociologie, tout en travaillant aux renouvellements des méthodes face à la crise sanitaire actuelle. Le temps du « kairos » (Bessin, 2015), le temps de la crise se trouve au centre de la scène sociologique : on s’interrogera alors sur ce qui s’invente ou se pense, nouvelles manières d’être et/ou d’appréhender les choses ? Comment le sociologue parvient-il à comprendre les tentatives des individus qui par leurs parcours ou leurs engagements innovent et contribuent au changement des institutions, au renouvellement de valeurs qui désormais ne semblent plus faire société ? Comment repenser les approches sociologiques pour rendre compte des processus de changement ? Comment la crise sanitaire actuelle invite les chercheur·es à revisiter leurs approches méthodologiques et leurs cadres d’analyse ?

4. Parcours de vie et réseaux personnels : logiques de changement (session croisée RT22, RT26)

Les chercheurs reconnaissent depuis longtemps que les vies se vivent interdépendamment, au sein des générations et entre elles (Elder, 1994), mais ce n’est que récemment que les chercheurs en parcours de vie ont commencé à intégrer les concepts de la sociologie des réseaux sociaux dans l’étude de la dynamique des parcours de vie (Cornwell et Silverstein, 2015).

L’objectif de cette session est de réunir les perspectives théoriques et méthodologiques de la sociologie des réseaux sociaux et de la sociologie des parcours de vie afin de progresser dans la compréhension de la manière dont les changements biographiques se traduisent et contribuent à l’évolution des réseaux sociaux de la personne, et inversement. Les communications peuvent porter sur des questions telles que (et pas seulement) : Comment les réseaux sociaux sont façonnés par les transitions biographiques (fin des études, mariage, parentalité, retraite, etc.) ? Comment les événements du parcours de vie jouent sur la manière de relationner ? Comment la perception des tournants est médiée par l’entourage relationnel (conjugalité, famille, réseau amical, communautés…) ? Et enfin, comment les relations sociales contribuent-elles à impulser des changements dans les parcours de vie ? Quel est le rôle des “Alters” ou des “Autruis significatifs” dans les bifurcations biographiques ?

*********

Les propositions de communication (1 page, environ 3.500 caractères, bibliographie) sont attendues pour le 15 février 2021. Elles seront examinées par les membres du bureau qui vous reviendront vers vous avant fin mars.

Lien vers le RT22 https://rtparcours.hypotheses.org/

Les propositions de communication, indiqueront la problématique, la méthodologie et les données mobilisées, voire les principaux résultats, qui seront présentés lors du congrès. Elles comporteront :
– Nom et prénom du/des auteur·es
– Adresse(s) électronique(s)
– Fonction(s)
– Institution(s) de rattachement
– La session croisée dans laquelle s’inscrit la proposition
– Les mots clés (5 max.)

Les propositions de communication sont à déposer sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr/rt/rt22/) et doivent être envoyées à rt22parcoursafs2021@gmail.com en précisant bien la session dans laquelle s’insère la communication.

Pour toutes questions vous pouvez également vous adresser directement aux responsables du réseau RT22 Pierrine Robin (pierrine.robin@u-pec.fr), Catherine Négroni (catherine.negroni@gmail.com) et Hugo Bréant (breanthugo@gmail.com).

Pour les sessions conjointes les communications pourront aussi être aussi jointes aux autres réseaux

Pour la session jointe RT22/RT26
Renáta Hosnedlová (renata.hosnedlova@gmail.com) et Grégori Akermann (gregori.akermann@inrae.fr) pour le RT26.

Intervention de Gaële Henri-Panabière (22 nov. 2019)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les travaux de Gaële Henri-Panabière, maître de conférences en sciences de l’éducation au CERLIS.

Son intervention est intitulée : « Biographies familiales et parcours scolaires atypiques : des conditions inégales de transmission culturelle dans les fratries ».

Quelques références :

Henri-Panabière Gaële, Des « héritiers » en échec scolaire, Paris, La Dispute, 2010, 190 p.

Henri-Panabière Gaële, « Élèves en difficultés de parents fortement diplômés. Une mise à l’épreuve empirique de la notion de transmission culturelle », Sociologie, 2010/4 (Vol. 1), p. 457-477.

Court Martine, Henri-Panabière Gaële, « La socialisation culturelle au sein de la famille : le rôle des frères et sœurs », Revue française de pédagogie, 2012/2 (n° 179), p. 5-16.

Henri-Panabière Gaële, « Éducation familiale et milieux sociaux : inégalités et socialisations différenciées », dans : Geneviève Bergonnier-Dupuy éd., Traité d’éducation familiale. Paris, Dunod, « Psycho Sup », 2013, p. 385-402.

Henri-Panabière Gaële, « Socialisations familiales et réussite scolaire. Des inégalités entre catégories sociales aux inégalités au sein de la fratrie », Idées économiques et sociales, 2018/1 (N° 191), p. 22-31.

AAC pour le Congrès 2019 de l’AFS

Le congrès 2019 de l’AFS, du 27 au 30 aout à Aix-en-Provence.

« Classer, déclasser, reclasser »

L’AAC  du  RT22

Le parcours est –il classant ?

L’expression de « parcours de vie » (life course) est utilisée pour définir un paradigme scientifique multidisciplinaire qui étudie le déroulement de la vie humaine dans son extension temporelle et dans son cadrage socio-historique (Elder, 1997). Christian Lalive d’Épinay et Dario Spini (2007) proposent la définition suivante du parcours : « Modèle de curriculum construit par la société et proposé aux individus comme principe organisateur du déroulement de leur vie. Système de normes dont découlent d’un côté des rôles d’âge, de l’autre des transitions associées à des âges typiques ; ce système, auquel répond tout un ensemble d’institutions, organise le flux de la vie humaine dans ses continuités (étapes) et dans ses discontinuités (transitions) ». Dans la construction des objets de recherche, le recours à la notion de parcours de vie permet d’approcher la diversité des affiliations, des normes et des expériences.

En effet, si la notion de « parcours » constitue déjà en soi un objet de recherche, sa portée heuristique s’avère importante pour comprendre comment les individus orientent et vivent leur vie dans des situations de contraintes toujours plus fortes auprès d’institutions en tension parfois coercitives – les institutions éducatives et de formation, les instances de placement familial, les pôles de l’emploi, etc..

Notre propos sera ici d’interroger la catégorie « parcours » dans ses différentes acceptions et de questionner la place de la notion de parcours comme notion classante dans l’espace social.

1/ Parcours versus carrière : une question de définition

Différentes approches ont été développées pour comprendre le déroulement des existences au fil du temps, avec les concepts d’itinéraire, de trajectoire et de carrière, laissant une part plus ou moins grande aux déterminants sociaux, familiaux, psychiques ou à la liberté individuelle. Comme la carrière, le parcours est un processus à l’articulation de l’individuel et du collectif. Mais le parcours laisse une place à la réflexivité des personnes sur elles-mêmes et à leur possible prise sur leur environnement. De plus, le concept de carrière suppose une gradation entre différentes séquences hiérarchisées, avec une succession ordonnée de passages d’une position à l’autre, dans un système donné, validé par une autorité compétente – dimension qui n’est pas nécessairement présente dans le parcours. « Le parcours met par ailleurs l’accent sur une pluralité de rôles et d’identités possibles, sur les éventuels passages entre différents mondes (domestiques, professionnels et institutionnels notamment) et les positions sécantes entre eux. » (Zimmermann, 2014, p. 87). Le parcours permet ainsi de penser les manières dont les appartenances et les identifications propres à différentes sphères de la vie s’enchevêtrent, et d’interroger les dynamiques qui forgent les positions sociales hiérarchisées et mouvantes des individus.

2/ Une notion performative en politique

Le parcours est aussi une catégorisation dont s’emparent l’ensemble des institutions aussi bien dans le domaine social, de la santé ou encore de l’emploi et de la formation. La notion de parcours est mobilisée dans un contexte d’accroissement des incertitudes, où les trajectoires individuelles se font plus discontinues et les prises en charge plus complexes. La notion de parcours, vise à renouer le chemin de la continuité de l’expérience et des droits, par-delà les statuts endossés. Le parcours prend alors des allures performatives. Il permet, par l’artefact de l’injonction à la continuité et à la linéarité, de traduire des événements discontinus en un ensemble continu.  Nous interrogerons ici des pratiques sociales par lesquelles la construction de soi tend à s’institutionnaliser et la manière dont les individus y font face : comment les individus s’accommodent de ces injonctions ?

3/Parcours biographique et biographisation du parcours

L’injonction à se raconter sur le mode du parcours qui est faite aux individus que ce soit pour justifier de ce qui a été fait, pour obtenir des aides sociales, pour être digne de reconnaissance induit une forme de mise en scène qui appelle une appropriation de soi et une validation de soi par soi et par les autres. La biographisation du parcours renvoie à l’histoire de vie et à la mise en mot, mise en récit (Ricoeur, 1990) d’une histoire de vie. Il s’agit de raconter, de se raconter pour  saisir, comprendre ou expliquer, donner un sens, une inflexion à son parcours, identifier les nœuds, les bifurcations, les turning point du parcours. Biographiser procède d’une mise en ordre, pour donner un autre sens, pour requalifier. La posture de réflexivité  qui  s’affiche  centralement prend ici une place prépondérante. En quoi et comment le parcours  inscrit-il le sujet dans la réflexivité ? Comment cette posture de réflexivité  entraine-t-elle un rapport à son histoire différent ? En quoi et comment  se raconter introduirait de l’inégalité sociale, induirait une catégorisation de dominants à dominés, une forme de violence symbolique au cœur des rapport sociaux ? La biographisation des parcours ne serait-elle pas une autre forme de domination ordinaire (Martuccelli, 2001).

4/ Session tripartite RT22/ 15/ 40

Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels

Cette session tripartite permettra de questionner les processus de catégorisation et de classement au prisme des parcours de vie des jeunes. Il s’agira ainsi de poursuivre ici la réflexion entamée lors du précédent congrès sur les relations que les individus entretiennent avec les institutions et leurs effets sur les parcours de vie. Que produisent les catégories et les classements institutionnels sur les cours de la vie, notamment les âges de la vie ? Les effets sont-ils les mêmes selon la place que l’on occupe au sein des institutions (professionnel.le.s, bénévoles, publiques ..) ? Seront interrogées les manières dont les catégorisations et les classements construisent les parcours juvéniles et dont les jeunes font avec ces normes et ces injonctions sociales à travers des stratégies d’ajustement, de contournement ou de résistance. Les références à la notion même de parcours deviennent un outil privilégié de l’Etat social (Astier & Duvoux, 2006) et organisent des procédures d’évaluation et d’accompagnement que mettent en œuvre les institutions en charge des jeunes. Comment les institutions instrumentalisent la notion de parcours pour déléguer la responsabilité des causes et des solutions aux individus ? Et en retour, comment les individus parviennent-ils à se conformer à ces impératifs ou à les détourner ? Cette session permettra également d’interroger la production et le maintien des hiérarchies sociales résultant des processus de catégorisation et de classement et de leurs effets en matière de déclassement ou de reclassement. 

5/ Session conjointe RT22 /RT26

Parcours de vie et réseaux personnels

La sociologie des parcours de vie s’attache depuis quelques décennies à bien inscrire les trajectoires individuelles dans leurs contextes, mais elle ne prend encore que rarement en considération les entourages relationnels. L’idée que les vies sont reliées (« linked lives », Elder 1994) a été évoquée, mais très peu de travaux en ont finalement tiré toutes les conséquences, y compris sur le plan méthodologique. On peut pourtant considérer que l’ensemble de l’entourage d’une personne (famille, amis, collègues, voisins, partenaires de loisirs, etc) contribue à sa socialisation et à l’orientation de son parcours de vie, et cela de multiples façons (modèles, affiliations, influences, soutien, contraintes…). De son côté, la sociologie des réseaux met au cœur de l’analyse les relations entre les éléments et la structure qu’elles forment. Elle s’est dotée de méthodes très précises permettant de qualifier les liens entre les personnes, le fonctionnement du réseau et sur les ressources qu’il offre. L’ambition de cette session combinant les RT 22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » et RT 26 « Réseaux sociaux » est de travailler à l’articulation de ces deux notions conceptuelles en tant qu’analyseur de la vie sociale, à partir de travaux qui connectent, d’une manière ou d’une autre, l’analyse d’éléments de l’entourage relationnel (conjugalité, famille, réseau amical, communautés…) avec celle de séquences des parcours de vie (âge, mobilités, transitions, événements…). 

 

*********

Les propositions de communication (1 page, environ 3.500 caractères, bibliographie) sont attendues pour le 15 février (elles pourront être déposées dès le 15 janvier après inscription sur le site de l’AFS). Elles seront examinées par les membres du bureau qui reviendront vers vous avant fin mars.

Précisant l’axe dans lequel elles s’inscrivent, les propositions de communication, indiqueront la problématique, la méthodologie et les données mobilisées, voire les principaux résultats, qui seront présentés lors du congrès. Elles comporteront également un titre, les nom, statut, affiliation et coordonnées de leurs auteur·e·s.

Les propositions doivent être envoyées aux deux responsables du réseau RT22 Pierrine Robin (pierrine.robin@u-pec.fr) et Catherine Négroni (catherine.negroni@gmail.com) en précisant bien la session dans laquelle s’insère la communication.

Pour les sessions conjointes les communications pourront aussi être aussi jointes aux autres réseaux : 

Session tripartite RT15/22/40

RT15 : Valérie Becquet pour le RT15 (becquetv@club-internet.fr)

RT40 : Elise Lemercier (elise.lemercier@univ-rouen.fr) et Anne Wuilleumier (wuianne@gmail.com)

-Session jointe RT22/RT26 : Claire Bidart (claire.bidart@univ-amu.fr) et Guillaume Favre (Guillaume.favre@uni-tlse2.fr)

 

Pour télécharger l’appel en version pdf : cliquez ici

Séance inaugurale du Séminaire international (RT 22 et RT 33)

Séminaire International « Parcours et famille » 2018/2019

Proposition des deux réseaux thématiques de l’Association  Française de Sociologie

le RT22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » et le RT33 « Famille, vie privée, vie publique »

Ce que le parcours fait à la famille et ce que la famille fait au parcours.

L’expression de « parcours de vie » (life course) est utilisée pour définir un paradigme scientifique multidisciplinaire qui étudie le déroulement de la vie humaine dans son extension temporelle et dans son cadrage socio-historique (Elder, 1997). Christian Lalive d’Épinay et Dario Spini (2007) proposent la définition suivante du parcours : « Modèle de curriculum construit par la société et proposé aux individus comme principe organisateur du déroulement de leur vie. Système de normes dont découlent d’un côté des rôles d’âge, de l’autre des transitions associées à des âges typiques ; ce système, auquel répond tout un ensemble d’institutions, organise le flux de la vie humaine dans ses continuités (étapes) et dans ses discontinuités (transitions) ». Dans la construction des objets de recherche, le recours à la notion de parcours de vie permet d’approcher la diversité de ce qui se joue au niveau de la famille : celle dont les individus sont issus comme celle(s) qu’ils fondent.

Cette approche permet d’interroger les formes de socialisation, de conjugalité, de transmissions et de les relier aux autres sphères de la vie telles les formations scolaires et professionnelles, le travail et les loisirs, les orientations et engagements politiques, les migrations, les mobilités professionnelles, sociales et géographiques des membres de la famille, pour n’en citer que quelques-unes. Inversement, s’intéresser à ces diverses dimensions familiales apporte des clefs de compréhension des autres domaines de la vie.

 

Note méthodologique de fonctionnement du séminaire :

Il est attendu dans ce séminaire un fonctionnement en atelier c’est-à-dire que la question du parcours devra être abordée  dans une de ses dominantes ou spécificités replacées dans le contexte de la famille. Chacun saisissant l’occasion de convoquer le parcours dans ces recherches. Les communications attendues pourront être expérimentales, elles ne seront en aucun cas des communications formelles et fermées à la réflexion.

 

Le séminaire se déroulera en 4 demi journées de 13 h à  17h, (Les 15/03 ; 18 /05, une séance en juin, une séance en septembre à confirmer)

 

Programme 

 

La première séance inaugurale aura lieu le jeudi 15 mars  à l’université  Paris Descartes (métro Saint Germain) en salle de Broglie A bâtiment central  1er étage, de 13h 30 à 17h00

 

13h30 à13h45 : Accueil

 

13h 45

« Les parcours de vie : une introduction »

Stefano Cavalli, Docteur en sociologie, est professeur à  University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland (SUPSI – Suisse).

 

14h45-15h00 : Pause

 

15h00

« Les relations intergénérationnelles au prisme du parcours »

 

Elsa Ramos, Maître de conférences, HDR, Université Paris Descartes, chercheure du CERLIS.

« Le nouveau parcours amoureux des étudiantes -région parisienne, France, XXIème siècle- »

Christophe Giraud, PU, Université Paris Descartes, chercheur du CERLIS.

 

16h15 : Questions et débats avec la salle

 

Discutantes : Catherine Négroni, MCF, Université de Lille, CLERSE et Pierrine Robin, MCF Université Paris Est Créteil, (UPEC), LIRTES.