Intervention de Daria Sobocinska et de Simha Bitton (24 mai 2024)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les thèses de Daria Sobocinska, doctorante en sociologie à l’Université de Lille, et de Simha Bitton, doctorante en sociologie à l’Observatoire de la protection de l’enfance et à l’Université Paris-Cité.

Dans l’ordre, les titres des présentations sont :

Entrer, rester et sortir de la sexualité récréative : ce que les parcours sexuels ‘sans lendemain’ nous disent des usages et des significations de la sexualité” 

et

La fugue. Impact des contraintes institutionnelles sur le parcours des mineurs confiés“.

Intervention d’Élise Lemercier (22 mars 2024)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons l’HDR d’Élise Lemercier, nommée “Étudier les mondes vécus de l’action publique. Le genre, l’origine et l’âge du traitement des expériences de la violence“, qui convoque la question des parcours, des politiques de l’enfance et des frontières.

Intervention d’Altea Vaccaro (18 décembre 2023)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons la thèse d’Altea Vaccaro, doctorante en sociologie-anthropologie à l’Université Lumière Lyon 2.

Son intervention est intitulée : “Faire une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération : une méthode longitudinale

L’intervention explore la méthodologie pour mener une étude longitudinale du parcours de couple confronté à l’incarcération d’un de ses membres. En effet, la détention crée une bifurcation dans le parcours du couple, remettant en question les normes de cohabitation et de vie quotidienne. Les sciences sociales ont des difficultés à donner du sens aux situations d’imprévisibilité et aux ruptures de parcours. La question méthodologique principale était donc la suivante : comment mener une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération ? 

La réponse proposée repose sur une approche longitudinale, examinant la temporalité du couple. Les différents parcours de couples sous l’impact de l’incarcération sont détaillés, notamment ceux qui perdurent, qui rompent, reprennent, ou se créent. Ces parcours peuvent être influencés par différentes séquences et facteurs, tels que la connaissance préalable des actes délictueux, les normes conjugales, de classe et de genre. Face à l’imprévisibilité et à la complexité de ces situations, la méthodologie proposée repose sur des entretiens semi-directifs et de l’observation participante. L’observation, réalisée lors des parloirs et dans les accueils famille, offre des perspectives sur les moments clés du couple. Cependant, cette approche soulève des questions éthiques, notamment sur l’intrusion de la sociologue dans l’intimité du couple. Les entretiens, complétant l’observation, permettent une compréhension approfondie des dimensions spatio-temporelles du parcours, tout en considérant les limites liées à la mystification des relations par les membres du couple ou à la nature cachée des relations de couple. Les entretiens sont réalisés avec trois populations cibles : les hommes et les femmes incarcérés ; les partenaires de personnes incarcérées ; les personnes ex-détenues. Cela pour comprendre la relation de couple à partir de l’extérieur et de l’intérieur des murs et comprendre comment un couple perdure (ou pas) après la libération de la personne détenue.

En conclusion, malgré les défis méthodologiques, cette étude longitudinale offre une compréhension des parcours de couples à l’épreuve de l’incarcération, soulignant la nécessité d’une reconstruction en mosaïque des différentes expériences. 

Journées d’Études franco-allemande. Regards et Réflexions sur les concepts de Bifurcations et Doing Transitions (BDT)

Financé par l’UFA (Université Franco-Allemande) (lien: https://www.dfh-ufa.org/fr/), 16 et 17 novembre 2023

L’étude des questions de parcours de vie et de biographie dans les sciences sociales en France et en Allemagne repose sur des traditions théoriques et conceptuelles différentes, si bien que les travaux respectifs sur ces questions ne sont guère pris en compte dans l’autre pays. La réflexion sur les transitions au cours de la vie constituait un point de départ pour entamer un dialogue sur ce sujet. 

Le concept des bifurcations répandu dans la recherche francophone offre de nombreuses options de convergences avec l’approche “Doing transitions” développée ces dernières années au sein du DFG Graduierten Kolleg (Groupe de recherche financé par le DFG) ‘Doing Transitions’ (lien : https://doingtransitions.org/en) rattaché aux universités de Tübingen et Francfort. Ces convergences ouvrent la possibilité d’une réflexion théorique et conceptuelle réciproque. 

Des échanges scientifiques d’autant plus pertinents puisque ces deux champs de recherches travaillent de façon conjointe, sur des thèmes empiriques et théoriques similaires, ancrés dans les problématiques contemporaines : digitalisation, transition écologique, migrations, pour n’en citer que quelques-uns. Des phénomènes étudiés qui sont tous abordés, entre autres sous l’angle de l’orientation, de la liberté/contrainte des choix, des inégalités sociales.

Intervention d’Hélène Cheronnet (13 octobre 2023)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les travaux d’Hélène Cheronnet, chercheure en sociologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, membre du CLERSÉ.

Son intervention analysera les parcours déviants.

Parcours et temporalités du faire famille : nouveaux imaginaires, nouvelles injonctions

Appel à contributions. Parcours et temporalités du faire famille : nouveaux imaginaires, nouvelles injonctions

Date limite de réception des propositions (résumés) : 13 octobre 2023
Remise des manuscrits complets : 5 avril 2024
Parution : Hiver 2025 

Sous la direction de :

Catherine Négroni, maîtresse de conférences, Université de Lille (France)

Pierrine Robin, maîtresse de conférences, HDR, Université Paris Est Créteil (France)

Stéphanie Gaudet, professeure titulaire, Université d’Ottawa (Canada)

La sociologie des parcours vise à « mieux comprendre et analyser le déroulement des existences au fil du temps » (Bessin, 2009 :12). Elle s’intéresse, d’un point de vue diachronique et synchronique, aux évènements, aux ruptures et bifurcations, au cours du cycle de vie, tout en interrogeant également les continuités dans les parcours. L’étude des parcours ne se limite pas à l’analyse de phénomènes individuels, mais à leurs interrelations avec d’autres parcours en contexte comme le suggère le concept de « linked lives » (Elder, 1974). Les parcours sont imbriqués dans des processus sociétaux plus larges et ancrés dans des contextes sociaux, juridiques et historiques (Gaudet, 2013). Ainsi, le parcours de vie devient un témoin de cette intersection entre mouvements globaux, contextes locaux et trajectoires individuelles (Négroni, 2022 ; Robin, 2022). En ce sens, on pourrait dire qu’il y a des générations de parcours qui partagent des histoires communes.

Ces parcours de vie sont marqués dans la seconde modernité par « une régulation sociale moins centrale » (Bessin, 1994 : 228) donnant une place plus forte aux individus dans les choix opérés (Kohli, 1986 ; Cavalli, 2007), notamment dans les choix familiaux. Dans la sphère familiale, un mariage n’est plus pour exemple nécessairement associé à une naissance, « les passages d’un état à un autre s’estompent et aboutissent à un statut incertain » (Charton, 2005 : 65). Le cadre familial ne structure plus le comportement des individus en imposant les croyances et la conformité des pratiques associées à un modèle de la famille ordinaire. Bien au contraire, la famille devient le lieu des revendications individuelles des acteurs et actrices aspirant à une liberté de choix dans la sphère privée de leurs liens familiaux, et à plus de souplesse dans les temporalités de construction de la famille (Commaille et al., 2002). Le cadre familial est plus ouvert à la reconnaissance de la légitimité d’une diversité de manières de faire famille, tout en ayant relevé les attentes à plusieurs égards, notamment en ce qui a trait au respect de droits des conjoints, conjointes et enfants, aux arrangements des ruptures de couples et des gardes d’enfant, au partage des responsabilités parentales dans la conciliation travail-famille et à l’implication des parents dans l’éducation scolaire de leurs enfants.

Le cycle ternaire des âges de la vie (jeunesse, âge adulte, vieillesse) qui structurait linéairement et majoritairement les existences collectives (Guillemard, 2008), avec une entrée dans la jeunesse, la mise en couple, puis la procréation à des âges resserrés et homogènes, tend à s’estomper dès lors que le faire famille se retrouve désynchronisé d’avec les autres sphères de la vie. La socialisation dans ce cadre plus ouvert suscite une multiplication des étudiants parents, des mises en couple avec des parents, de parentalités tardives (Bessin & Levilain, 2012 ; 2016), mais aussi d’infécondités volontaires ou involontaires (Charton & Parnaite, 2021).

En même temps que ses temporalités se pluralisent, les formes du « faire famille » se diversifient (Régnier-Loilier, 2023), avec de nouveaux modes de mise en couple (Neyrand, 2020 ; Khoury et Neyrand 2020 ; Saint-Jacques, 2023), l’apparition de plus en plus fréquente de familles choisies et de vie commune d’adultes, des cohabitations de familles polyamoureuses (Combessie, 2013), une diversification des modes d’accès à la procréation (Lavoie, 2023), des coparentalités avec l’existence de deux foyers prenant en charge l’enfant et permettant de définir des temps parentaux et des temps conjugaux sans enfant (Gross, 2011 ; Négroni, 2018).

Plus récemment, les parcours de vie ont été ponctués d’une accumulation de crises, à temporalités variables et incertaines, avec notamment les crises sanitaires, les guerres faisant peser des contraintes fortes sur les parcours familiaux avec des impacts sur les séparations, la circulation et le déplacement des individus générant l’éclatement des familles et le développement des familles transnationales (Merla 2016 ; Collet 2020). D’autres évènements comme les difficultés économiques, l’inflation, l’accès difficile au logement, aux services comme les modes de garde, aux médecins, génèrent un accroissement de la précarité et peuvent avoir des effets sur les parcours de vie. Dans l’expérience de la conciliation travail-famille, certaines situations professionnelles exigeant plus de mobilité géographique choisie ou contraintes marquent aussi les parcours de tous les membres de la famille dont les situations doivent se réarranger.

Face à ces mutations, les pouvoirs publics cherchent à répondre à ces nouveaux risques familiaux (séparation, divorce, précarité) qui n’ont pas les mêmes effets selon les milieux sociaux (Villac et al., 2002), en passant d’une politique des statuts à une politique des parcours (Séraphin, 2014). Ils tentent d’entériner les demandes fortes portées par des mouvements émanant de la société civile, de délimiter ou de clarifier des zones d’ombre ou de frottement, en légiférant par exemple sur le recouvrement des prestations familiales en cas de séparation, sur les nouvelles formes de procréation et les questions d’état civil qu’elles posent, sur la sécurisation des parcours des enfants confiés et adoptés (Gouttenoire, 2023). Les pouvoirs publics cherchent aussi à s’adapter à l’évolution des parcours familiaux, tout en proposant de nouvelles formes d’encadrement, avec le risque d’une disjonction entre les attentes sociales des individus et les normes institutionnelles (Zimmermann, 2014).

Dans ce numéro, nous nous intéresserons à l’évolution des normes temporelles et des modèles familiaux et aux évolutions des formes de régulation qu’elles suscitent. Un premier axe sera centré sur la diversification des modèles familiaux et des temporalités familiales. Un second axe montrera les tentatives des pouvoirs publics d’encadrer ces évolutions et les nouveaux risques familiaux qu’elles comportent. En toile de fond, nous considérerons la circulation du concept de parcours dans l’arène scientifique et politique.

Un premier axe s’intéressera aux temporalités diverses et éclatées des modalités du « faire famille » et aux imaginaires familiaux qui les portent.

Les trajectoires biographiques et familiales se diversifient et se pluralisent dans leurs formes et leurs temporalités. En effet, l’âge comme principe de tri, de hiérarchisation et de classement des personnes s’estompe tout en gardant sa force opératoire, de même que le genre. Plus labiles, les parcours familiaux s’individualisent avec de nouvelles formes de « faire famille » nourries par l’évolution des modes de procréation (Lavoie, 2023), par la dissociation des formes de parenté du sang, du nom et du quotidien (Weber, 2005 ; Charton, et al., 2015.), par l’importance de plus en plus grande accordée aux relations électives et d’amitiés dans les formes de faire famille (Singly, 2003).

Les transmissions intergénérationnelles dans les parcours familiaux s’estompent même si la grand-parentalité reste importante. La grande vieillesse n’est plus accueillie au sein des familles. Qu’ils s’agissent de 3ème âge ou du 4ème âge, le vécu de la vieillesse apparaît individuel dans une forme d’autonomie présupposée ou renvoyée à des prises en charge étatiques ou dans des maisons collectives, offrant un mode plus inclusif d’habitat (Courbebaisse et Pommier, 2020). Les parcours familiaux se structurent ainsi autour de constructions imaginées et inédites de la famille. Les articles, qui graviteront autour de cet axe, pourront porter sur l’évolution des normes sociales et parentales dans les transformations du « faire famille » et de ses temporalités avec une attention toute particulière aussi au rôle des « images-guides de la famille » ou imaginaires parentaux et familiaux dans ces transformations.

Ces évolutions introduisent une liberté de choix plus grande pour les individus et en même temps plus d’insécurité relationnelle, juridique, et économique que l’État cherche à encadrer (Gaudet et al., 2013).

Un second axe portera sur l’encadrement par l’État des parcours familiaux.

Face à ces nouveaux risques familiaux, l’État tente d’apporter de nouvelles sécurités juridiques et économiques pour encadrer des parcours familiaux plus labiles et complexes, en régulant les mises en couple et les séparations (Belleau, 2012), les congés parentaux (Gaudet, et al. 2011), les nouvelles formes de procréation et de parenté et les questions d’état civil qu’elles soulèvent, en apportant des sécurités juridiques aux enfants confiés et adoptés (Gouttenoire, 2014, Robin, 2020).

La notion de parcours devient un outil privilégié de l’État social (Astier & Duvoux, 2006) permettant d’organiser des procédures d’encadrement et d’accompagnement des parcours familiaux par les institutions. Ainsi, la notion de parcours mobilisée dans un contexte d’accroissement des incertitudes, où les trajectoires individuelles se font plus discontinues et les prises en charge plus complexes, vise à renouer avec le chemin de la continuité de l’expérience et des droits (Zimmermann, 2014).

Ce numéro thématique de la revue Enfances Familles Générations invite ainsi à questionner comment les pouvoirs publics intègrent ces nouveaux imaginaires et normes familiaux ? Proposent-ils par exemple de nouvelles structures d’encadrement ? Et en retour, comment les individus parviennent-ils à se conformer à ces impératifs ou à les détourner ?

Modalités de soumissions

Les propositions (résumés) doivent être soumises sur notre site pour le 13 octobre 2023. Veuillez sélectionner le titre du numéro thématique dans le formulaire de soumission. Les propositions d’article devront comprendre un titre provisoire, un résumé (1500 à 2000 caractères, espaces compris) et les coordonnées des autrice/teur·s. Les autrice/teur·s des propositions retenues devront remettre leur manuscrit au plus tard le 5 avril 2023Pour consulter les règles d’édition de la revue. Les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction de la revue et des responsables du numéro après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lectrices/teurs externes.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d’OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.

Astier, I. et N. Duvoux. 2006. La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Belleau, H. 2012. Quand l’amour et l’État rendent aveugle : le mythe du mariage automatique, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Bessin, M. 1994, « La police des âges entre rigidité et flexibilité temporelles », Temporalités, no. 27/28, p. 8-15.

Bessin, M. 2009. « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, no 156, p.12-21.

Bessin, M., et H. Levilain. 2012. Parents après 40 ans, Paris, Autrement.

Bessin, M. et H. Levilain. 2016. « Parents sur le tard », L’école des parents, no 618, p. 34-37.
DOI : 10.3917/epar.618.0034

Cavalli, S. 2007. « Modèle de parcours de vie et individualisation », Gérontologie et société, no 123, p. 55-69.

Charton, L. 2005. « Diversité des parcours familiaux et rapport au temps », Liens social et politiques, no 54, p. 65-73.

Charton, L., L. Duchesne, D. Lemieux et F.-R. Ouellette. 2015. « Un retour des patronymes au Québec, 2005- 2010 : Au-delà des chiffres, des discours complexes entre égalité, identité et filiation », Cahiers Québécois de démographie, vol. 44, no 1, p. 5-34.

Charton, L. et A. Panaite. 2021. « Quand l’enfant désiré ne vient pas : des deuils aux stratégies », dans Couples, enfants et projets familiaux : de l’imaginaire à la réalité, sous la dir. de L. Charton et C. Bayard, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 99-121.

Collet, B. 2020. « La mixité conjugale à l’heure de la mondialisation : Réalités contrastées entre individualisation et tradition », dans Faire couple, une entreprise incertaine: Tensions et paradoxes du couple moderne, sous la dir. de G. Neyrand, Toulouse, Érès, p. 127-144.

Combessie, P. 2013. « Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ? », Ethnologie française, vol. 43, p. 399-407.
DOI : 10.3917/ethn.133.0399

Elder, G. H. 1999 (1974). Children of the great depression (25th anniversary ed.), Chicago, University of Chicago Press.
DOI : 10.4324/9780429501739

Gaudet, S. 2013. « Comprendre les parcours de vie à la croisée du singulier et de la structure sociale », dans Repenser la famille et ses transitions repenser les politiques publiques, sous la dir. de S. Gaudet, N. Burlone et M. Lévesque, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 15-50.

Gaudet, S., Burlone, N., Lévesque, M. 2013. Repenser la famille et ses transitions repenser les politiques publiques, Québec, Presses de l’Université Laval.

Gouttenoire, A. 2023. « Évolutions de la famille et du droit de la famille », Recherches familiales, vol. 1, no 20, p. 105-113.

Gross, M. 2011. « Coparentalité : le coût de l’altérité sexuelle dans l’homoparentalité », Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, vol. 2, no 47, p. 95-110.

Guillemard A.-M., 2008. Où va la protection sociale ?, Paris, Presses universitaires de France.

Khoury, D. et G. Neyrand. 2020. « Introduction », dans Faire couple, une entreprise incertaine: Tensions et paradoxes du couple moderne, sous la dir. de G. Neyrand, Toulouse, Érès, p. 7-16.
DOI : 10.4000/syria.9633

Kohli, M. 1986. « The World we Forgot: a Historical Review to the Life Course », dans Later Life: the Social Psychology of Aging, sous la dir. de V. W. Marshal, Londres, Sage Publications, p. 271-303.

Lavoie, K. 2023. « Les maternités assistées par gestation pour autrui ou par don d’ovules : un modèle compréhensif », Recherches familiales, vol. 1, no 20, p. 41-53.

Merla, L. 2016. « Familles transnationales, familles solidaires », Informations sociales, vol. 3, no 194, p. 62-70.
DOI : 10.3917/inso.194.0062

Négroni, C. 2018. « Bifurcations conjugales, remises en couple et place de l’enfant : donner du temps au temps, pour inventer d’autres configurations familiales », Enfances, Familles, Générations, no 29.

Négroni, C. 2022. « Sociologie du parcours de vie. Analyser les logiques biographiques et les pratiques institutionnelles » (intro.), dans Parcours de vie, Logiques individuelles, collectives et institutionnelles, sous la dir. de C. Négroni et M. Bessin, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, p. 11-31.

Neyrand, G. 2020. « Le couple hypermoderne ou l’avenir d’une illusion », dans Faire couple, une entreprise incertaine: Tensions et paradoxes du couple moderne, sous la dir. de G. Neyrand, Toulouse, Érès, p. 17-36.
DOI : 10.3917/eres.neyra.2020.01.0017

Régnier-Loilier, A. 2023. « Un demi-siècle d’évolution du couple et de la famille en France. Panorama démographique », Recherches familiales, vol. 1, no 20, p. 83- 103.

Robin, P. 2020. L’enfant de personne, À l’épreuve du placement et de sa sortie, Nîmes, Champ social éditions, coll. « Questions de sociétés ».
DOI : 10.3917/chaso.robin.2021.01

Robin, P. 2022. « Saisir les parcours de vie en protection de l’enfance : entre tentative d’encadrement politique et recherche de compréhension scientifique », dans Parcours de vie, Logiques individuelles, collectives et institutionnelles, sous la dir. de C. Négroni et M. Bessin, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, p. 225-238.

Saint-Jacques, M-C. et C. Robitaille (dir.). 2023. La séparation parentale et la recomposition familiale dans la société québécoise : les premiers moment, Québec, Presses de l’Université Laval.

Séraphin, G. 2014. « Pour une autre politique de l’enfance et de la famille : Lecture de quatre rapports récents », Esprit, no 12, p. 91-106.

Singly de, F. 2003. Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Colin.

Villac, M., P. Strobel & J. Commaille. 2002. La politique de la famille, Paris, La Découverte.
DOI : 10.3917/dec.comma.2002.01

Weber, F. 2005. Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, Montreuil, Aux Lieux d’être, coll. Mondes contemporains.

Zimmermann, B. 2014 (2011). Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques

Journées d’études. Parcours et médiations artistiques, Marseille, 1-2 juin 2023

Journées d’études « Parcours et médiations artistiques. Ecrire les parcours autrement », MUCEM Lab et FRAC Alpes Provence Côte d’Azur, Marseille les 1er et 2 juin 2023.
Organisées par l’Association Française de sociologie (RT 22 « Parcours de vie et dynamiques sociales »), en collaboration avec le Clersé et la Fabrique des écritures ethnographiques du Centre Norbert Elias.

La médiation artistique autant dans la phase de recueil des données que dans celle de la restitution, est de plus en plus présente dans les travaux de recherche (Bizeul, 2007). Elle soulève notamment la question de la collaboration entre l’artiste et le chercheur, et entre deux mondes sociaux avec leurs logiques propres (Szary, 2016). Le recours à la médiation artistique vise à solliciter le langage non verbal, l’imaginaire, l’émotionnel, à la fois dans la relation d’enquête et au moment de la restitution. Si ces questions ont déjà été travaillées, cette journée d’études ambitionne de les approfondir au travers des recherches sur les parcours de vie.

1er juin 2023 – MUCEM Lab


10h00-10h15
Accueil
Agnès Martial (Centre Norbert Elias/CNRS)

Introduction
Catherine Négroni et Pierrine Robin (Association Française de sociologie RT22)

10h15-11h45
Des approches sensibles pour saisir des parcours

Animatrice : Catherine Négroni, (Clersé/Université de Lille) et Pierre Nocérino (Lier-Fyt)

Aide-nous à faire sentir – imaginer – comprendre – savoir – voir – ressentir – entendre, ce qu’on vit « ici » – et pourquoi et comment on part, si massivement, ailleurs
Stéphanie Pryen (Clersé/Université de Lille)

Vidéos participatives et subalternité. Regards croisés sur deux expériences de recherche-création autour de trajectoires biographiques
Sofia Meister (IRIS/EHESS) et Stéphanie Brunot (IRIS/EHESS)

Portraits sonores, migrations, travail
Kabbanji Lama et Oppetit David (ingénieur du son) (LPED/IRD)

Faire voir la frontière au guichet : en-quête de cartographies sensibles et participatives
Coline Rousteau (ESTCA/Paris 8/EURArtTeC)

12h00-13h00
Parcours autobiographiques et écrits littéraires

Animatrices : Catherine Pugeault (Cerlis, Université Paris Cité) et Véronique Dimicoli (comédienne, autrice, metteur en scène)

Révéler une mémoire lacunaire par un processus de recherche-création: le cas de « L’accent fantôme et autres impressions séfarades »
Aurélie Mossé (Ensadlab/Université PSL)

A propos d’enquête. De l’annexe méthodologique à la mise en récit
Marie Perreti N Diaye (COPAS)

Poétique de la médiation
Danièle Maoudj (Université de Corse)

14h15-15h45
Place du chercheur, place de l’artiste

Animatrices : Pierrine Robin (Lirtes/Université Paris Est Créteil) et Marie Perreti N Diaye (COPAS)

La médiation des sciences sociales par la bande dessinée : enjeux et difficultés d’une initiation croisée des auteurs/autrices et chercheurs/chercheuses
Pierre Nocerino (Lier-Fyt)

BD sous la blouse
Emmanuelle Zolesio (CMW/Université Clermont-Auvergne)

Quand la photographie surprend le chercheur
Catherine Négroni (Clersé/Université de Lille) et Brice Portolano (photographe)

16h00-17h00
Au plus près des parcours : art et recherches participatives

Animatrices : Fanny Salane (CREF/Université Paris Nanterre) et Hélène Cheronnet (ENPJJ/Clersé/Université de Lille)

L’enquête comme médiation : “La bonne cage”, 4 saisons dans un quartier populaire
Bornand Elvire et Frédérique Letourneux

La mise en théâtre d’une recherche participative. L’expérience de la recherche « Pop-Part. Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse »
Marie-Hélène Bacqué (Mosaïques/Université de Paris Nanterre) et Jeanne Demoulin (CREF/Université de Paris Nanterre)

D’une recherche participative en protection à la scène
Pierrine Robin (Lirtes/Université Paris Est Créteil) et Véronique Dimicoli (comédienne, auteur, metteur en scène)

2 juin 2023 – FRAC Alpes-Provence-Côte d’Azur


10h30-11h00
Présentation de la fabrique des écritures ethnographiques
Véronique Béneï (Véronique Bénéï (Centre Norbert Elias/CNRS), Camilo Léon-Quijano (Centre Norbert Elias/CNRS), Jeff Silva (Centre Norbert Elias/CNRS)

11h00-12h30
Pratiques artistiques et intervention

Animatrices : Francesca Sirna (Centre Norbert Elias/CNRS) et Véronique Bénéï (Centre Norbert Elias/CNRS)

Pourquoi et comment voir un dessin à travers sa danse ?
Magali Goubert (CEAC/Université de Lille)

La place du chercheur praticien danseur
Valérie Peres (CREF/Université Paris Nanterre)

L’art au service de la mise en mouvement
Benjamin Declé (plasticien designer)

« Le mérite, c’est moi ! », Explorer les parcours scolaires et les usages du mérite par le biais d’une recherche/création
Annabelle Allouch (UPJV/CURAPP-ESS) et Thomas Tudoux (artiste plasticien)

14h00-15h00
Présentation du film Quand je vous caresse 
Florine Clap (cinéaste) et Elsa (aide soignante à domicile), animatrice Catherine Négroni (Clersé/Université de Lille)

15h15-17h00
Intervention des Canailles
Diane Marissal et Jérémie Leblanc-Barbedienne (artistes designers)

Parution d l’ ouvrage « Parcours de vie Logiques individuelles, collectives et institutionnelles » coordonné par Catherine Négroni et Marc Bessin

Résumé : Dans un contexte de reconfiguration des principales structures de socialisation, d’accroissement et d’apparition de nouvelles inégalités, les parcours de vie apparaissent de plus en plus incertains et hésitants. Cette évolution des normes institutionnelles entraîne une responsabilisation accrue des individus dans la conduite de leurs transitions biographiques, dans la construction du sens de leur trajectoire et de leur identité. Ainsi l’injonction à se raconter, à construire son parcours, à lui donner du sens, s’impose comme une norme pour certains individus. En particulier, le parcours devient l’outil privilégié de l’État social.

Cet ouvrage se propose de montrer comment les logiques institutionnelles, les déterminations sociales et la réflexivité individuelle façonnent les parcours de vie et de leurs évolutions dans nos sociétés contemporaines. L’étude des parcours de vie nous conduit à réinterroger le cœur même de ce qui fait la spécificité des objets en sciences sociales : le lien entre les dynamiques sociales et les actions individuelles et ouvre un espace de compréhension des tensions et mouvements qui animent la société civile.

Contributeurs

Marc Bessin • Claire Bidart • Hugo Bréant • Nathalie Burnay • Philippe Cardon • Sandra V. Constantin • Michel Grossetti • Denis Hippert • Julie Landour • Élise Lemercier • Séverine Marguin • Catherine Négroni • Pierrine Robin• Emmanuelle Santelli • Dario Spini • Eric D. Widmer • Bénédicte Zimmermann.

Intervention de Gaële Henri-Panabière (22 nov. 2019)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les travaux de Gaële Henri-Panabière, maître de conférences en sciences de l’éducation au CERLIS.

Son intervention est intitulée : “Biographies familiales et parcours scolaires atypiques : des conditions inégales de transmission culturelle dans les fratries”.

Quelques références :

Henri-Panabière Gaële, Des « héritiers » en échec scolaire, Paris, La Dispute, 2010, 190 p.

Henri-Panabière Gaële, « Élèves en difficultés de parents fortement diplômés. Une mise à l’épreuve empirique de la notion de transmission culturelle », Sociologie, 2010/4 (Vol. 1), p. 457-477.

Court Martine, Henri-Panabière Gaële, « La socialisation culturelle au sein de la famille : le rôle des frères et sœurs », Revue française de pédagogie, 2012/2 (n° 179), p. 5-16.

Henri-Panabière Gaële, « Éducation familiale et milieux sociaux : inégalités et socialisations différenciées », dans : Geneviève Bergonnier-Dupuy éd., Traité d’éducation familiale. Paris, Dunod, « Psycho Sup », 2013, p. 385-402.

Henri-Panabière Gaële, « Socialisations familiales et réussite scolaire. Des inégalités entre catégories sociales aux inégalités au sein de la fratrie », Idées économiques et sociales, 2018/1 (N° 191), p. 22-31.

Programme du RT 22 pour l’AFS 2019

 

Programme du Réseau Thématique “Parcours de vie et dynamiques sociales” (RT 22) lors du Congrès de l’AFS 2019 à Aix-en-Provence 

 

Mardi 27/08

10h-12h – Carrière, parcours et sphères intimes

Coord. Catherine Negroni

Marc BESSIN et Lara MAHI, Présences paternelles : quand la dynamique du parcours de vie travaille les masculinités 

Denis HIPPERT, Le couple à travers le déroulement de sa carrière 

José SANTIAGO, Parcours biographique et biographisation du parcours en situation de vulnérabilité.

 

Mardi 27/08

16h30-18h30 – Le parcours dans différents contextes d’action

Coord. Pierrine Robin

Véronique BAYER, La notion de parcours pour approcher les cadres du travail social.- 

Marlène BOUVET, Les usages du “parcours biographique” dans la thérapie.  Du parcours comme support de catégorisation psychiatrique à la thérapie comme instrument de mise à distance du (dé)classement social 

Angèle FOUQUET,  “J’ai intégré son cercle d’amis” : place du partenaire dans le réseau personnel et influence de celui-ci sur le parcours alimentaire

Catherine NEGRONI, Parcours de bénéficiaires vers «  l’orientation en autonomie » dans l’accompagnement par les conseillers en évolution professionnelle dans le cadre du CEP – 

 

Mercredi 28/08

9h-10h30 – Parcours de vie et réseaux personnels 1 (session croisée avec le RT 26)

Coord. Pierrine Robin

Jérémy ALFONSI, L’entourage relationnel des jeunes : effets des modes de sociabilité et du réseau personnel sur les parcours d’entrée dans l’âge adulte

Claire BIDART, Analyser les repositionnements sociaux par la perspective des réseaux personnels : L’impact des transitions conjugales sur les relations amicales et familiales

Florence MAILLOCHON, Les invités d’un mariage : un instantané du réseau personnel des époux ?

Lucie JEGAT, Deuil d’enfant et turning point : la modification des réseaux amicaux et familiaux après un deuil

Constance PERRIN-JOLY, Tisser sa toile ou travailler sans filet ? Le rôle du réseau dans la mobilité de jeunes travailleurs éthiopiens

Murielle MATUS, Reconversions et expériences du chômage : cheminements avec autrui et inégalités sociales

 

Mercredi 28/08

11h-13h (Session croisée des RT 15, 22 et 40) – Parcours et prise en charge institutionnelle des parcours

Coord. Valérie Becquet, Aden Gaide, Emmanuelle Maunaye (RT 15) ; Veronika Duprat (RT 22) ; en cours (RT 40)

Melaine CERVERA et Audrey Parron, Stratégies individuelles de contournement et d’appropriation des classements institutionnels : le cas des parcours de vie des jeunes accompagnés en Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP).

Sarra CHAIEB, Produire les classements en protection de l’enfance et en sortir : l’exemple des jeunes racisés

Pierrine ROBIN, Des parcours sous injonction

Mickael SEGON, Le poids des politiques de compensation du handicap dans l’élaboration des possibles professionnels : analyse à partir de la transition vers l’emploi des anciens “étudiants handicapés”

 

Mercredi 28/08

11h-13h (Session croisée bis des RT 15, 22 et 40) – Parcours et institutions scolaires

Coord. Paolo Stuppia (RT 15) ;  Catherine Negroni (RT 22) ; Anne Wuilleumier (RT 40)

Gaële HENRI PANABIERE, Parcours dans ou à la marge de l’institution universitaire : le rôle des classements scolaires et académiques

Lila LE TRIVIDIC HARRACHE, Les cas d’élèves au lycée : des parcours juvéniles aux prises avec les jugements des acteurs scolaires

Flavie LEBAYON, Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels

Elise LEMERCIER, Hugo BRÉANT, Devenir étranger.e au cours de sa scolarité. Les effets de logiques institutionnelles désajustées sur les parcours de jeunes de nationalité comorienne à Mayotte.

Pauline SABUCO, Le public de l’Ecole de la Deuxième Chance : la construction négociée d’une catégorisation des jeunes sans diplôme.

 

Jeudi 29/08

9h – 10h30 – Des parcours en contextes migratoires

Coord. Hugo Bréant

Annélie DELESCLUSE, Matériaux biographiques, description ethnographique et lucidité épistémologique : ce que l’aventure fait au subsaharien.ne.s au Maroc- 

Francesca SIRNA, Le personnel de santé à diplôme étranger en région Sud (France) : disqualification, « brain-waste » ou mobilité des élites ? Lorsque le sociologue et le médecin se font face- 

Nader VAHABI, La construction sociologique de la carrière des exilés dans le pays hôte 

  

Vendredi 30/08

9h30 – 10h30 : Assemblée générale du RT 22

14h – 16h30 – Parcours de vie et réseaux personnels 2 (session croisée avec le RT 26)

Coord. Denis Hippert

Camille DUTHY, Les solos, des ménages à deux vitesses. Inégalités de transmission des capitaux pour « faire face » à travers les parcours de vie des ménages seuls.

Marcelo MINO, Trajectoires de vie, solidarité familiale et représentations du bien-être dans une société néolibérale avancée. Le cas du Chili.

Nathalie CHAUVAC et Fanny HUGUES, Parcours et relations sociales: le quartier comme ressource et contrainte

Fernanda PISMEL CLATOT, La socialisation urbaine dans un quartier populaire de la péripherie de Curitiba au Brésil : Acquisition du capital social en fonction des multiples liens crées par les familles recomposées

Michel GROSSETTI, Les inégalités relationnelles après 60 ans

Géraldine MOSSIERE, Réseaux de sociabilité et parcours biographiques : réflexions méthodologiques à partir du cas de jeunes convertis à l’islam

Séance inaugurale du Séminaire international (RT 22 et RT 33)

Séminaire International “Parcours et famille” 2018/2019

Proposition des deux réseaux thématiques de l’Association  Française de Sociologie

le RT22 “Parcours de vie et dynamiques sociales” et le RT33 “Famille, vie privée, vie publique”

Ce que le parcours fait à la famille et ce que la famille fait au parcours.

L’expression de « parcours de vie » (life course) est utilisée pour définir un paradigme scientifique multidisciplinaire qui étudie le déroulement de la vie humaine dans son extension temporelle et dans son cadrage socio-historique (Elder, 1997). Christian Lalive d’Épinay et Dario Spini (2007) proposent la définition suivante du parcours : « Modèle de curriculum construit par la société et proposé aux individus comme principe organisateur du déroulement de leur vie. Système de normes dont découlent d’un côté des rôles d’âge, de l’autre des transitions associées à des âges typiques ; ce système, auquel répond tout un ensemble d’institutions, organise le flux de la vie humaine dans ses continuités (étapes) et dans ses discontinuités (transitions) ». Dans la construction des objets de recherche, le recours à la notion de parcours de vie permet d’approcher la diversité de ce qui se joue au niveau de la famille : celle dont les individus sont issus comme celle(s) qu’ils fondent.

Cette approche permet d’interroger les formes de socialisation, de conjugalité, de transmissions et de les relier aux autres sphères de la vie telles les formations scolaires et professionnelles, le travail et les loisirs, les orientations et engagements politiques, les migrations, les mobilités professionnelles, sociales et géographiques des membres de la famille, pour n’en citer que quelques-unes. Inversement, s’intéresser à ces diverses dimensions familiales apporte des clefs de compréhension des autres domaines de la vie.

 

Note méthodologique de fonctionnement du séminaire :

Il est attendu dans ce séminaire un fonctionnement en atelier c’est-à-dire que la question du parcours devra être abordée  dans une de ses dominantes ou spécificités replacées dans le contexte de la famille. Chacun saisissant l’occasion de convoquer le parcours dans ces recherches. Les communications attendues pourront être expérimentales, elles ne seront en aucun cas des communications formelles et fermées à la réflexion.

 

Le séminaire se déroulera en 4 demi journées de 13 h à  17h, (Les 15/03 ; 18 /05, une séance en juin, une séance en septembre à confirmer)

 

Programme 

 

La première séance inaugurale aura lieu le jeudi 15 mars  à l’université  Paris Descartes (métro Saint Germain) en salle de Broglie A bâtiment central  1er étage, de 13h 30 à 17h00

 

13h30 à13h45 : Accueil

 

13h 45

« Les parcours de vie : une introduction »

Stefano Cavalli, Docteur en sociologie, est professeur à  University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland (SUPSI – Suisse).

 

14h45-15h00 : Pause

 

15h00

« Les relations intergénérationnelles au prisme du parcours »

 

Elsa Ramos, Maître de conférences, HDR, Université Paris Descartes, chercheure du CERLIS.

« Le nouveau parcours amoureux des étudiantes -région parisienne, France, XXIème siècle- »

Christophe Giraud, PU, Université Paris Descartes, chercheur du CERLIS.

 

16h15 : Questions et débats avec la salle

 

Discutantes : Catherine Négroni, MCF, Université de Lille, CLERSE et Pierrine Robin, MCF Université Paris Est Créteil, (UPEC), LIRTES.

Programme du RT22 – Congrès de l’AFS à Amiens (3-6 juillet 2017)

Programme du RT22 Congrès de l’association française de sociologie

Amiens du 3 au 6 juillet

Lundi 3 juillet 10h30/12h30

Session 1 : Parcours  au prisme de la classe, du  genre et de l’âge

Présidentes de session : Catherine Pugeault, Maître de conférences en sociologie, Université Paris-Descartes, CERLIS et  Elsa Lagier Post-doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CEPED, DynamE

-Denis Hippert, Docteur en sociologie, Université Paris-Descartes, CERLIS,

Les enjeux sexués des séparations

-Julie Ancian doctiorante en sociologie à l’EHESS (IRIS Cermes3)

« Classe, genre et âge dans les parcours des femmes qui ont tué leur nouveau-né. Domination et résistance aux cadres moraux de la procréation. »

-Sarra Chaiëb Docteure en sociologie, DynamE (UMR 7367), Université de Strasbourg

Parcours de placement et construction de l’altérité

-Catherine Négroni, Maître de conférences en sociologie, Université de Lille, CLERSE

Des parcours genrés de remises en couple

-Véronika Duprat-Kushtanina, Maîtresse de conférences, Université de Franche-Comté, LASA, UFR SLSH

Grands-parents en perte d’autonomie et leurs petits-enfants : analyser une figure d’aide improbable au prisme d’un parcours relationnel rare

Lundi 3 juillet 16h30 18h

Session 2 : Mondes sociaux et groupes professionnels

Présidents de session : Hugo Bréant, Docteur, Université Paris 1/ CESSP et Catherine Négroni, Maître de conférences en sociologie, Université de Lille, CLERSE

-Anne-Sophie Béliard et Sarah Lécossais, Maître de conférences, Université de Grenoble Alpes PACT, Maître de conférences, Université Paris 13 (IUT de St-Denis), LabSIC

Les « collectifs » de scénaristes au service de la reconnaissance individuelle et professionnelle.

-Maité Belloussa, Maître de conférences en anthropologie, Université d’Amiens CURAPP (UMR 7319)  et Benoit Leroux Maître de conférences, Université de Poitiers GRESCO (EA 3815)

Les rapports au pouvoir au sein de collectifs néo-ruraux : approche comparative de 2 études de cas (Lot-et-Garonne 1999/Aveyron 2016)

-Mathilde Mondon-Navazo, Docteure en sociologie et en économie, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Les parcours professionnels de Travailleurs Indépendants Economiquement Dépendants (TIED) : une analyse au prisme de l’approche par les capabilités

-Blandine Veith IRHC CNRS, Ladyss

Comprendre le monde de la rose à partir des récits de vie des obtenteurs.


Session 3 : 
Réflexivité et travail sur soiMardi 4 juillet  9h30/11h

Présidents de session : Véronika Duprat-Kushtanina, Maîtresse de conférences, Université de Franche-Comté, LASA, UFR SLSH et Denis Hippert, Docteur en sociologie, Université Paris-Descartes, CERLIS

-José Santiago, Professeur titulaire à l’Université Complutense de Madrid, Espagne. Groupe GRESCO, Institut TRANSOC .

« Choisir » d’être femme au foyer : construction de sens et contraintes sociales dans le « choix » d’un changement de parcours de vie.

-Nancy Girard, Doctorante au Cerlis

La retraite, une nouvelle configuration temporelle et une réorganisation du rapport à soi et aux autres ?

-Florence Levy CECMC EHESS

En Chine, c’était moi qui employais des gens ; maintenant, ce sont les gens qui m’emploient !” Réflexivité des migrants de Chine du Nord à Paris

-Géraldine Comoretto, Post-doctorante en Sociologie, INRA, ALISS UR 1303 ; Christine Tichit, Chercheure, Centre Maurice Halbwachs, INRA, CNRS, ENS, EHESS ;Claire Kersuzan, Post-doctorante en Démographie-Chaire d’Excellence en sciences de la population, Université de Bordeaux, COMPTRASEC UMR CNRS 5114, Aurélie Maurice

Maître de conférences en Sciences de l’éducation, Université Paris 13, laboratoire LEPS

L’expérience maternelle d’allaitement au prisme de la notion de carrière : la construction de la maternalité au fil des naissances

Mardi 4 juillet 11h30/13h

Session 4 croisée RT22/RT40 : Parcours et institution entre contraintes et ressources

Présidentes de session : Robin, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris-Est Créteil, LIRTES et Anaik Purenne chargée de recherche laboratoire « Environnement Ville Société »

-Elise Lemercier, MCF, Dysolab – Université de Normandie Rouen

De l’urgence de la survie aux temporalités institutionnelles : parcours de vie des jeunes pris en charge par la justice des mineurs à Mayotte.

-Xavier de Larminat, Post-doctorant, Centre Nantais de Sociologie (CENS)

Parcours individuels et carrefours institutionnels.

Le désengagement délinquant au prisme des institutions socio-judiciaires.

-Aurélie Gonnet, Doctorante au LISE – CNAM (UMR 3320)

L’intervention biographique. Institutionnalisation et construction sociale des parcours de vie dans le bilan de compétences.

– Emilie Salaméro Maître de conférences, Université de Poitiers, laboratoire CEREGE

Transition professionnelle et usages institutionnels : le cas des artistes de cirque

 

Assemblée générale du RT 22 : Mardi 4 juillet, de 13h à 14h

 

Mercredi 5 juillet 9h00/ 10h30

Session 5 Dispositifs organisationnels et parcours

Présidents de session : Blandine Veith IRHC CNRS, Ladyss et  José Santiago, Professeur titulaire à l’Université Complutense de Madrid, Espagne. Groupe GRESCO, Institut TRANSOC.

-Sbeih SBEIH, Chercheur associé au Laboratoire Printemps – UVSQ

Les « grands professionnels » du « monde du développement » : des trajectoires orientées

-Armelle Testenoire, Maîtresse de conférences, DySoLab, Université de Rouen

Contexte institutionnel et dynamiques individuelles ; l’entrée de femmes kanak en formation continue

-Julie Couronné Chercheure contractuelle au Cnam, Lise (UMR CNRS 3320) & Centre d’études de l’emploi et du travail ; Marie Loison-Leruste Maîtresse de conférences à l’université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Université Paris 13 ;  François Sarfati, Maître de conférences au Cnam, Lise (UMR CNRS 3320) & Centre d’études de l’emploi et du travail

Se saisir d’un dispositif pour construire un parcours Les « jeunes Garantie jeunes » et leurs supports

-Axel Augé, Maître de conférences en sociologie Rennes 2

De la polarisation normative aux luttes de pouvoir dans la profession militaire.

 

 

 

 

Bilan – Colloque “Le parcours en question”

Bonjour à tous et toutes,

Le comité d’organisation du colloque “Le parcours en question : comprendre les tensions entre les logiques individuelles, collectives et institutionnelles” tient à vous remercier, chacun et chacune, pour l’intérêt que vous avez porté à cet événement et pour votre participation, à différents titres, à son succès. Pour celles et ceux qui ont pu être présent.e.s, nous espérons que ces deux jours ont été l’occasion d’échanges intéressants et de moments agréables.

Nous aurons certainement l’occasion de travailler ensemble à nouveau et nous aurons le plaisir, si vous y êtes présents, de vous retrouver à Amiens en juillet, pour le congrès de l’AFS.

Très cordialement et, à nouveau, avec tous nos remerciements,
Le comité d’organisation
(Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Hugo Bréant, Veronika Duprat-Kushtanina, Denis Hippert, Elsa Lagier, Catherine Negroni, Catherine Pugeault, Elsa Ramos, Pierrine Robin, Blandine Veith, Arthur Vuatoux)
Ci-dessous, quelques photos de l’évènement, et notamment des séances plénières en compagnie de Marc Bessin, Michel Grossetti, Philippe Cardon, Daniel Bertaux, Claire Bidart, Emmanuelle Santelli, Eric Widmer, Marc-Henry Soulet, Danilo Martuccelli, Bénédicte Zimmermann et Stefano Cavalli.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search