Intervention d’Altea Vaccaro (18 décembre 2023)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons la thèse d’Altea Vaccaro, doctorante en sociologie-anthropologie à l’Université Lumière Lyon 2.

Son intervention est intitulée : “Faire une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération : une méthode longitudinale

L’intervention explore la méthodologie pour mener une étude longitudinale du parcours de couple confronté à l’incarcération d’un de ses membres. En effet, la détention crée une bifurcation dans le parcours du couple, remettant en question les normes de cohabitation et de vie quotidienne. Les sciences sociales ont des difficultés à donner du sens aux situations d’imprévisibilité et aux ruptures de parcours. La question méthodologique principale était donc la suivante : comment mener une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération ? 

La réponse proposée repose sur une approche longitudinale, examinant la temporalité du couple. Les différents parcours de couples sous l’impact de l’incarcération sont détaillés, notamment ceux qui perdurent, qui rompent, reprennent, ou se créent. Ces parcours peuvent être influencés par différentes séquences et facteurs, tels que la connaissance préalable des actes délictueux, les normes conjugales, de classe et de genre. Face à l’imprévisibilité et à la complexité de ces situations, la méthodologie proposée repose sur des entretiens semi-directifs et de l’observation participante. L’observation, réalisée lors des parloirs et dans les accueils famille, offre des perspectives sur les moments clés du couple. Cependant, cette approche soulève des questions éthiques, notamment sur l’intrusion de la sociologue dans l’intimité du couple. Les entretiens, complétant l’observation, permettent une compréhension approfondie des dimensions spatio-temporelles du parcours, tout en considérant les limites liées à la mystification des relations par les membres du couple ou à la nature cachée des relations de couple. Les entretiens sont réalisés avec trois populations cibles : les hommes et les femmes incarcérés ; les partenaires de personnes incarcérées ; les personnes ex-détenues. Cela pour comprendre la relation de couple à partir de l’extérieur et de l’intérieur des murs et comprendre comment un couple perdure (ou pas) après la libération de la personne détenue.

En conclusion, malgré les défis méthodologiques, cette étude longitudinale offre une compréhension des parcours de couples à l’épreuve de l’incarcération, soulignant la nécessité d’une reconstruction en mosaïque des différentes expériences. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search