Intervention de Daria Sobocinska et de Simha Bitton (24 mai 2024)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les thèses de Daria Sobocinska, doctorante en sociologie à l’Université de Lille, et de Simha Bitton, doctorante en sociologie à l’Observatoire de la protection de l’enfance et à l’Université Paris-Cité.

Dans l’ordre, les titres des présentations sont :

Entrer, rester et sortir de la sexualité récréative : ce que les parcours sexuels ‘sans lendemain’ nous disent des usages et des significations de la sexualité” 

et

La fugue. Impact des contraintes institutionnelles sur le parcours des mineurs confiés“.

Intervention d’Élise Lemercier (22 mars 2024)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons l’HDR d’Élise Lemercier, nommée “Étudier les mondes vécus de l’action publique. Le genre, l’origine et l’âge du traitement des expériences de la violence“, qui convoque la question des parcours, des politiques de l’enfance et des frontières.

Intervention d’Altea Vaccaro (18 décembre 2023)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons la thèse d’Altea Vaccaro, doctorante en sociologie-anthropologie à l’Université Lumière Lyon 2.

Son intervention est intitulée : “Faire une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération : une méthode longitudinale

L’intervention explore la méthodologie pour mener une étude longitudinale du parcours de couple confronté à l’incarcération d’un de ses membres. En effet, la détention crée une bifurcation dans le parcours du couple, remettant en question les normes de cohabitation et de vie quotidienne. Les sciences sociales ont des difficultés à donner du sens aux situations d’imprévisibilité et aux ruptures de parcours. La question méthodologique principale était donc la suivante : comment mener une étude du parcours de couple à l’épreuve de l’incarcération ? 

La réponse proposée repose sur une approche longitudinale, examinant la temporalité du couple. Les différents parcours de couples sous l’impact de l’incarcération sont détaillés, notamment ceux qui perdurent, qui rompent, reprennent, ou se créent. Ces parcours peuvent être influencés par différentes séquences et facteurs, tels que la connaissance préalable des actes délictueux, les normes conjugales, de classe et de genre. Face à l’imprévisibilité et à la complexité de ces situations, la méthodologie proposée repose sur des entretiens semi-directifs et de l’observation participante. L’observation, réalisée lors des parloirs et dans les accueils famille, offre des perspectives sur les moments clés du couple. Cependant, cette approche soulève des questions éthiques, notamment sur l’intrusion de la sociologue dans l’intimité du couple. Les entretiens, complétant l’observation, permettent une compréhension approfondie des dimensions spatio-temporelles du parcours, tout en considérant les limites liées à la mystification des relations par les membres du couple ou à la nature cachée des relations de couple. Les entretiens sont réalisés avec trois populations cibles : les hommes et les femmes incarcérés ; les partenaires de personnes incarcérées ; les personnes ex-détenues. Cela pour comprendre la relation de couple à partir de l’extérieur et de l’intérieur des murs et comprendre comment un couple perdure (ou pas) après la libération de la personne détenue.

En conclusion, malgré les défis méthodologiques, cette étude longitudinale offre une compréhension des parcours de couples à l’épreuve de l’incarcération, soulignant la nécessité d’une reconstruction en mosaïque des différentes expériences. 

Intervention d’Hélène Cheronnet (13 octobre 2023)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les travaux d’Hélène Cheronnet, chercheure en sociologie à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, membre du CLERSÉ.

Son intervention analysera les parcours déviants.

Intervention de Gaële Henri-Panabière (22 nov. 2019)

Dans le cadre du séminaire du RT 22 – Parcours de vie et dynamiques sociales, nous discuterons les travaux de Gaële Henri-Panabière, maître de conférences en sciences de l’éducation au CERLIS.

Son intervention est intitulée : “Biographies familiales et parcours scolaires atypiques : des conditions inégales de transmission culturelle dans les fratries”.

Quelques références :

Henri-Panabière Gaële, Des « héritiers » en échec scolaire, Paris, La Dispute, 2010, 190 p.

Henri-Panabière Gaële, « Élèves en difficultés de parents fortement diplômés. Une mise à l’épreuve empirique de la notion de transmission culturelle », Sociologie, 2010/4 (Vol. 1), p. 457-477.

Court Martine, Henri-Panabière Gaële, « La socialisation culturelle au sein de la famille : le rôle des frères et sœurs », Revue française de pédagogie, 2012/2 (n° 179), p. 5-16.

Henri-Panabière Gaële, « Éducation familiale et milieux sociaux : inégalités et socialisations différenciées », dans : Geneviève Bergonnier-Dupuy éd., Traité d’éducation familiale. Paris, Dunod, « Psycho Sup », 2013, p. 385-402.

Henri-Panabière Gaële, « Socialisations familiales et réussite scolaire. Des inégalités entre catégories sociales aux inégalités au sein de la fratrie », Idées économiques et sociales, 2018/1 (N° 191), p. 22-31.

Séance inaugurale du Séminaire international (RT 22 et RT 33)

Séminaire International “Parcours et famille” 2018/2019

Proposition des deux réseaux thématiques de l’Association  Française de Sociologie

le RT22 “Parcours de vie et dynamiques sociales” et le RT33 “Famille, vie privée, vie publique”

Ce que le parcours fait à la famille et ce que la famille fait au parcours.

L’expression de « parcours de vie » (life course) est utilisée pour définir un paradigme scientifique multidisciplinaire qui étudie le déroulement de la vie humaine dans son extension temporelle et dans son cadrage socio-historique (Elder, 1997). Christian Lalive d’Épinay et Dario Spini (2007) proposent la définition suivante du parcours : « Modèle de curriculum construit par la société et proposé aux individus comme principe organisateur du déroulement de leur vie. Système de normes dont découlent d’un côté des rôles d’âge, de l’autre des transitions associées à des âges typiques ; ce système, auquel répond tout un ensemble d’institutions, organise le flux de la vie humaine dans ses continuités (étapes) et dans ses discontinuités (transitions) ». Dans la construction des objets de recherche, le recours à la notion de parcours de vie permet d’approcher la diversité de ce qui se joue au niveau de la famille : celle dont les individus sont issus comme celle(s) qu’ils fondent.

Cette approche permet d’interroger les formes de socialisation, de conjugalité, de transmissions et de les relier aux autres sphères de la vie telles les formations scolaires et professionnelles, le travail et les loisirs, les orientations et engagements politiques, les migrations, les mobilités professionnelles, sociales et géographiques des membres de la famille, pour n’en citer que quelques-unes. Inversement, s’intéresser à ces diverses dimensions familiales apporte des clefs de compréhension des autres domaines de la vie.

 

Note méthodologique de fonctionnement du séminaire :

Il est attendu dans ce séminaire un fonctionnement en atelier c’est-à-dire que la question du parcours devra être abordée  dans une de ses dominantes ou spécificités replacées dans le contexte de la famille. Chacun saisissant l’occasion de convoquer le parcours dans ces recherches. Les communications attendues pourront être expérimentales, elles ne seront en aucun cas des communications formelles et fermées à la réflexion.

 

Le séminaire se déroulera en 4 demi journées de 13 h à  17h, (Les 15/03 ; 18 /05, une séance en juin, une séance en septembre à confirmer)

 

Programme 

 

La première séance inaugurale aura lieu le jeudi 15 mars  à l’université  Paris Descartes (métro Saint Germain) en salle de Broglie A bâtiment central  1er étage, de 13h 30 à 17h00

 

13h30 à13h45 : Accueil

 

13h 45

« Les parcours de vie : une introduction »

Stefano Cavalli, Docteur en sociologie, est professeur à  University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland (SUPSI – Suisse).

 

14h45-15h00 : Pause

 

15h00

« Les relations intergénérationnelles au prisme du parcours »

 

Elsa Ramos, Maître de conférences, HDR, Université Paris Descartes, chercheure du CERLIS.

« Le nouveau parcours amoureux des étudiantes -région parisienne, France, XXIème siècle- »

Christophe Giraud, PU, Université Paris Descartes, chercheur du CERLIS.

 

16h15 : Questions et débats avec la salle

 

Discutantes : Catherine Négroni, MCF, Université de Lille, CLERSE et Pierrine Robin, MCF Université Paris Est Créteil, (UPEC), LIRTES.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search