AAC – Congrès de l’AFS 2017 – Amiens (3-6 juillet)

Cher-e-s collègues,

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications du RT 22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » pour le Congrès 2017 de l’Association Française de Sociologie qui se tiendra à Amiens du 3 au 6 juillet.

Les propositions, qui préciseront dans quel axe elles se situent et si elles sont en session jointe, seront de 3500 signes, 5 mots clés, avec un résumé de 1500 signes (espaces compris) pour le livret du colloque.

Elles devront indiquer : le nom, le prénom, le titre du ou des auteurs, l’institution de rattachement, le laboratoire d’appartenance, l’adresse courriel de chaque auteur, le titre de la communication.

Les propositions sont à transmettre sous fichier word à rt22parcours@gmail.com

Les fichiers devront être enregistrés sous la forme suivante : nom prénom-AFS 2017

La date impérative de dépôt des propositions est le 20/02/17.

Les propositions en session conjointe avec le RT 24 devront être également transmises à Armelle Testenoire : rt24.afs@gmail.com, elles devront indiquer qu’elles se situent dans la session commune

Et celles en session conjointe avec le RT40 seront également transmises à Anne Wuilleumier : wuianne@gmail.com, elles devront indiquer qu’elles se situent dans la session commune.

N’hésitez pas à diffuser dans vos réseaux et aux personnes susceptibles d’être intéressées.

Bien cordialement,

Catherine Négroni, Catherine Pugeault et Pierrine Robin pour le RT22

—–

Appel à communications – RT22

A l’appui de la métaphore éliasienne du « chasseur de mythes », le prochain congrès de l’Association française de sociologie cible la question des pouvoirs et les multiples manières dont des perspectives théoriques et méthodologiques concurrentes l’abordent. Si la question est classique, son actualité et ses vertus critiques ne font cependant aucun doute. Le RT Parcours de vie et dynamiques sociales (RT 22) est particulièrement sensible à cette entrée, non seulement parce qu’il regroupe des chercheur(e)s mobilisant des approches conceptuelles et des protocoles de recherche variés, mais aussi parce que les grandes mutations sociétales ont fortement affecté la dynamique des parcours de vie en rendant plus visibles les conséquences d’une confrontation à ce qu’il est convenu de nommer les  « aléas de la vie », tout particulièrement lorsque les ressources (économiques, culturelles…) font défaut.

Dans la continuité du colloque Le parcours en question : comprendre les tensions entre les logiques individuelles, collectives et institutionnelles qui se tiendra les 2 et 3 février 2017 (co-organisé par les RT 22, 15 et 33 à l’Université Paris Descartes), nous souhaiterions continuer d’interroger la manière dont les cours de vie et les trajectoires individuelles sont travaillées par des relations de pouvoir même si elles ne sont pas toujours visibles et/ou rendues visibles. Ainsi, si les institutions qui nous encadrent et nous gouvernent participent du cadre limitatif de nos actions, nos amis, conjoints, parents et collègues sont aussi les acteurs quotidiens de la reproduction des rapports sociaux. Afin de saisir au mieux ces dynamiques et leurs évolutions, il semble important de diversifier les échelles d’observation de la société, depuis les logiques globales des rapports sociaux de pouvoir jusqu’aux relations sociales plus localisées qui en sont le fruit et le moteur. Souhaitant échapper à la fois à une lecture déterministe des destinées sociales et à une vision des trajectoires au prisme d’autonomie en tant que valeur et norme suprême, on pointera ici une double piste de recherche. Tout d’abord, comment les acteurs sociaux bricolent-ils leurs parcours en fonction de leurs appartenances sociales ? Comment pèsent les inégalités de ressources ? Que signifie pratiquement vivre dans une société d’individus quand on est issu de classes populaires, moyennes ou supérieures ? Agir et réagir, résister voire se rebeller par la parole et/ou l’action sont autant de pratiques et de modes d’expression qui, dans leur diversité, permettent de saisir les contraintes sociales et les marges de manœuvre individuelles. Seconde piste réflexive : qu’en est-il des effets du rapport à l’incertitude sur les attitudes et les pratiques ? Le rétrécissement au moins provisoire d’un horizon temporel – par exemple, en cas de chômage ou de rupture familiale – reconfigure partiellement les contextes d’actions en laissant voir la fragilité intrinsèque des rapports sociaux, qu’ils soient informels ou contractualisés : nous sommes tous des êtres vulnérables (Tronto, 2009 ; Paperman et Laugier, 2011 ; Soulet, 2005 ; Becquet, 2012) et susceptibles de le devenir davantage encore quand une bifurcation devient synonyme de confrontation à la loi de l’autre, à la loi du plus fort parfois. Dans ce dernier cas, la sociologie des parcours de vie se confond explicitement avec une sociologie des luttes de pouvoir, une sociologie des résistances – passives et/ou actives… Nous faisons l’hypothèse que ces micro-conflits de la vie ordinaire doivent eux aussi être analysés comme des révélateurs de rapports de pouvoir.

Mais quels sont les outils à la disposition du sociologue pour saisir les rapports de pouvoir et de domination dans les trajectoires individuelles ? A quelles conditions la sociologie des parcours de vie peut-elle représenter un « contre pouvoir » permettant de dévoiler l’ordre social et les principes de gouvernement et de domination ? A quelles conditions, avec quelles méthodes et quels effets, la sociologie des parcours de vie peut-elle, doit-elle contribuer à transformer cet ordre social ?

 Les communications s’articuleront autour des axes suivants :

Dans un premier axe, nous nous intéresserons aux « supports » dont disposent les individus pour construire leurs parcours de vie. Nous pensons que « l’individu n’est saisissable qu’à partir de cet ensemble de supports, matériels ou symboliques, proches ou lointains, conscients ou inconscients, activement structurés ou passivement subis, toujours réels dans leurs effets, et sans lesquels, à proprement parler, il ne subsisterait guère » (Martuccelli, 2002, p.64). Il ne s’agit pas ici de se positionner dans une logique additive – supposant qu’un cumul des supports garantirait à lui seul l’efficacité des jeux de construction identitaire des acteurs -, mais de saisir qualitativement les combinaisons de supports au moment où elles se forment et se cristallisent – provisoirement du moins. Nous étudions la manière dont les individus les investissent et, réciproquement, celle dont ils touchent les individus. Ainsi plus qu’à leur quantité, nous nous intéressons aux épreuves singulières engendrées par ces supports différents. De quels supports disposent les individus pour construire leurs parcours de vie, comment pèsent les inégalités de dotation en la matière ?

Dans un deuxième axe, nous nous intéresserons aux processus de subjectivation (Foucault, 1994) liées à ces inégalités de supports. Dans un contexte de reconfiguration des principales structures de socialisation, d’accroissement et d’apparition de nouvelles inégalités, les parcours de vie se font de plus en plus fluctuants et hésitants. Loin de s’expliquer par de simples effets de contexte ou d’origine sociale, les parcours de vie sont aussi liés aux cheminements et choix des acteurs. Or, la reconfiguration des normes institutionnelles entraine une responsabilisation accrue des individus dans la conduite de leurs transitions biographiques, dans la construction du sens de leur trajectoire et de leur identité. La réflexivité accentuée dans ce contexte peut accroitre l’autonomie des individus, tout comme leur sentiment de doute et leur désaffiliation (Longo, 2016).

Dans le cadre d’une session commune organisée avec le RT 24 Genre, classe, race. Rapports sociaux et construction de l’altérité, nous chercherons au sein d’un troisième axe à comprendre dans quelle mesure l’approche par le parcours permet de saisir les multiples effets de l’ordre social dans les différentes sphères de vie. Il s’agira de savoir en quoi l’approche par les parcours de vie permet de renouveler l’analyse de l’intersectionnalité des rapports sociaux et de la consubtantialité des rapports de classe, sexe et race selon Kergoat (2009) dans la définition des rapports de pouvoir et de domination.

Enfin, cet appel à communications cible un quatrième axe. Une session commune organisée avec le RT 40 Sociologie des institutions permettra de questionner le rôle des institutions dans l’économie du pouvoir. Les institutions sont soumises à un vent de changement et redéfinies par des réformes successives. Ces processus de refonte ne sont pas indépendants de la reconfiguration de certaines attentes normatives (montée en puissance des injonctions à l’autonomie, des logiques néo-managériales) et de la recomposition des formes du contrôle social. Quels impacts nos relations aux institutions ont-elles sur nos parcours de vie individuels ? Symétriquement, sur quels leviers d’action est-il pensable de miser pour agir sur les parcours de vie de populations définies comme « vulnérables » ? La relation aux institutions est-elle susceptible de « rendre capable » ou renforce-t-elle plutôt des logiques d’incapacitation relative ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *